Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Ecriture(s) lecture(s) : résonance(s)

Littérature jeunesse

, 17:55pm

Publié par Misseau Lieterreair

Frida
LACOMBE Benjamin & PEREZ Sébastien
Paris : Albin Michel, 2017, 76 p.

Des couleurs chatoyantes qui nous emmènent dans les oeuvres de l'artiste, grâce à des découpages et des superpositions de pages. Des textes brefs abordent ses thèmes de prédilections.

La lecture nous plonge littéralement dans son ambiance. Un régal pour les sens avec une mise en bouche grâce à la Bande annonce animée.

 

 

http://www.ricochet-jeunes.org/public/scans/67/57328.jpg

Le goût sucré de la peur
CHARDIN Alexandre
Paris : Magnard jeunesse, 2016, 173 p.
Soumis à la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse.

Résumé de l’intrigue

Louise, une fillette d’une dizaine d’années, qui brille plus par son intelligence que par ses tenues et ses résultats sportifs – elle a un peu d’embonpoint – souhaite rejoindre le groupe de copains de son frère, un peu plus âgé, pour aller chaparder dans le jardin d’une vieille dame solitaire, surnommée « l’ortie ». Cette dernière est la terreur du village depuis longtemps. Il y a de nombreuses rumeurs à son encontre, notamment elle serait une sorcière. Au fil des chapitres, et de bien des péripéties, une amitié se lie entre Louise et Jeanne qui s’apprivoisent mutuellement.

Analyse du roman

Ce roman est écrit à la première personne. Nous avons le point de vue de Louise qui a une dizaine d’années. Ses pairs peuvent donc partager virtuellement ses préoccupations : elle pourrait très bien faire partie de leurs camarades. Le vocabulaire employé rend le rythme vif, les réparties sont nombreuses : beaucoup de dialogues. Les rebondissements tiennent la lectrice/le lecteur en haleine grâce à la multitude de portraits, adultes et enfants. Bien que les personnages principaux soient féminins, cela n’en fait pas un roman « genré ». Un certain nombre de personnages secondaires, masculins et les situations vécues confèrent uniformément un attrait pour l’histoire. Les thèmes comme l’amour, la maladie et la mort y sont abordés sobrement. Au cours de cette histoire, les jeunes personnages évoluent, comme dans un roman initiatique, la jeune Louise particulièrement vit une transformation.

 

Avis personnel

Pour ma part, je me suis attachée aux personnages qui, comme les situations, sont admirablement décrits. La sagacité de Louise est vivifiante, et cette histoire d’amitié transgénérationnelle, qui va au-delà des apparences, est riche de partages d’expériences, de maturité et de tendresse. J’ai été enchantée par cette histoire poignante, à tel point, que j’en ai parlé à mes collègues qui ont, à leur tour, partagé leurs expériences personnelles de chapardages, ou de « goût sucré de la peur » ! Bonne lecture !