Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Ecriture(s) lecture(s) : résonance(s)

Articles avec #rencontre

Une quête sensible

21 Septembre 2017, 21:25pm

Publié par Misseau Lieterreair

Le fils de Jean (2016)

Un petit bijou de sensibilité et de brutalité masculine, dont les femmes ne sont pourtant pas exclues. Une quête personnelle qui fait que l'on trouve ce que l'on n'est pas venu chercher...

Une interprétation au naturel, qui fait dire au réalisateur, Philippe Lioret,  "que le plus dur travail est de faire que l'on ne voit pas qu'il y a du travail", et c'est vrai que les personnages m'ont semblé très proches par leur sincérité, en particulier Gabriel Arcand attentionné et bourru à la fois...

Lien vers la fiche du film sur AlloCiné

Lien vers la page Films

Voir les commentaires

ProfondS bouleversementS

14 Juin 2017, 21:55pm

Publié par Misseau Lieterreair

Résultat de recherche d'images pour "une jeune fille de 90 ans arte"Une connexion toute en douceur à travers des gestes accompagnés ou des attitudes partagées.

Le réveil d'une sensibilité à fleur de peau. Le coeur qui n'a pas d'âge et les regards qui témoignent d'un bouleversement intérieur...

La part de responsabilité de ce danseur charismatique  (Thierry Résultat de recherche d'images pour "Thierry Thieû Niang"Thieû Niang), touché, lui aussi, mais dépassé, car c'est trop tard ! L'onde de choc de sa mise en mouvements à ébranler un être au-delà de ses projections chorégraphiques.

Blanche, comme ses congénères aux parcours variés et douloureux, mais plus que ses congénères, m'a émue en sa qualité de personne sensible, à l'esprit plus vif que ses pas hésitants. Sa digne résignation, après avoir tenté de se surpasser pour revenir vivre l'émerveillement de se sentir vibrante grâce à la magie de la danse ... qui lui aura permis de ressentir des émois de "jeune fille de 90 ans"... est à l'aune de sa pudique lucidité.

Blanche, c'est un peu Alice...  <3
Lien vers Spectacle Vivant

Interview de la RTS
Pour voir le film ARTE

Voir les commentaires

Billet de rage...

28 Avril 2017, 22:43pm

Publié par Misseau Lieterreair

... mais pas de désespoir.

Il faut exprimer, c'est mieux. Ne pas garder en soi... Mais alors pour quels yeux, pour quelles oreilles ? De quel droit irais-je dire à l'Autre ce que je suis fatiguée d'entendre dans ma tête ? Car je ne m'adresse pas à des professionnels ! Je transpire ma rage qui gronde, ma tempête intérieure... pour être sûre que je ne suis pas folle. Rassurez-moi. Ah, vous aussi vous êtes passés par-là. Nous pouvons nous comprendre.

Pas à pas le processus, inévitablement... dans le déni, invariablement.

Où je me situe si, comme l'est toute rencontre, c'est un miroir que l'on me tend ? Alors oui il me révèle, et pas la part la plus belle. Mais en même temps la résonance n'est pas la ressemblance ; la même forme n'est pas mue par le même fond. Et surtout, le regard que je me porte est le fruit blet des inconvenants. Alors j'apprends, à grands coups de bâtons. Je me réveille. Zazen !

Pour parer le morcellement, là où il y en a, je prends du doux, du bon, du confortable, du nourrissant...

Peut-être est-ce une leçon de discernement ?...

Lien vers : billet d'humeur

Voir les commentaires

Et s'il n'y avait plus d'amour...

16 Avril 2017, 14:32pm

Publié par Misseau Lieterreair

 Jeff Moran

[...] pour me couper mon souffle d'homme

Lien vers la page : Chanson

 

Voir les commentaires

Corps & Graphie - Printemps de Sévelin 2017

16 Avril 2017, 12:40pm

Publié par Misseau Lieterreair

Textes issus de l'atelier d'écriture
créé et animé par Héloïse Pocry
Mars 2017 : théâtre du Sévelin - Lausanne

Lien vers la page

 

 

Voir les commentaires

Est il temps ?

15 Avril 2017, 21:10pm

Publié par Misseau Lieterreair

La critique, même constructive, positive ; les rencontres des gens qui nous précèdent, qui ont osé, sont autant de pierres d’achoppement qui nous interrogent sur la manière dont nous aurons à nous relever. Je franchis le cap ou pas cap’. Pour quoi moi, pourquoi pas ?

J’aime lire... et si l’auteure/l’auteur avait autant hésité, voire renoncé à transmettre, à partager... je n’aurais pas été dans ces recueils, face à des écueils, eu ces émois, et ne me serais pas demandé : et moi ?

J’aime écrire... enfin, j’en ai besoin, car parfois c’est plus pressant et pas forcément confortable. Ce peut être douloureux physiquement, pas échauffée ; ce peut être douloureux psychologiquement, comme un miroir que je me tends et avec lequel il faut composer, décomposer et recomposer...

Alors, finalement, merci à mes rencontres qui m’ont bousculée, tempétueuses sans être tueuses, puisqu'elles ont permis au germe de l’envie. arrivé au printemps, de sortir de se taire !

Lien vers la page

17.04.15

Voir les commentaires